Logo Villes & territoires cyclables
Inscription E-lettre
Suivez-nous logo Twitterlogo Linkedin

Changeons de pompes !

jeudi 19 mai 2022
Changeons de pompes

«Au lieu de mesures à court terme, il est urgent de « changer de pompes », en adoptant une politique globale de mobilité durable donnant la priorité à la marche, au vélo et aux transports publics». 
Ainsi débute la tribune, publiée dans la presse (par AEF info), de Rue de l’avenir, la Fédération française de la randonnée pédestre, le Club des villes et territoires cyclables et marchables, la Fub et Vélo & Territoires. 
« Réduire artificiellement le prix des carburants à la pompe ne constitue en rien une politique visionnaire de mobilité durable. Au contraire, nous pensons qu’il est urgent de ‘’changer de pompes’’», poursuit le plaidoyer. 
«Plus de 60 % des déplacements quotidiens de moins de 2 km sont effectués en automobile ! La voiture n’est utilisée que 4 % du temps et transporte à 93 % son propre poids, plutôt que des personnes et des charges. Elle mobilise 10 tonnes d’équivalent matières premières, de l’extraction des ressources jusqu’au recyclage du véhicule. Et occupe le plus souvent 80% de l’espace public en circulant ou en étant stationnée », rappelle la tribune qui propose trois pistes à explorer pour changer la donne. 
 
Trois pistes à explorer 

Photo vélo train 2
> Développer un système de transport associant toutes les solutions alternatives à la voiture "en solo" avec une politique de mobilité vertueuse sur les plans sanitaires et environnementaux, combinant les transports publics, proposant un usage plus rationnel des voitures (covoiturage et autopartage), des aménagements et des plans de développement des modes actifs (marche et vélo pour tous les publics, enfants et jeunes, actifs et seniors). 

> Soutenir massivement l’innovation et investir dans le secteur industriel émergent des véhicules individuels "intermédiaires", entre la voiture et le vélo classique. Ceux-ci, pesant moins de 500 kg, sont capables de réaliser la grande majorité des déplacements actuels à moindre coût. 

> Mettre en place une politique sociale s’appuyant sur les solutions proposées par les mobilités actives pour permettre aux populations vivant en zones rurales et périphériques de pouvoir échapper à la précarité énergétique liée à leur dépendance à la voiture. 

La tribune, à retrouver en intégralité ici